Accéder au contenu principal

Le suivant sur la liste - Manon Fargetton

Je reprends la main du blog avec un trailler adolescent de Manon Fargetton, Le suivant sur la liste. Ayant eu quelques difficultés à avoir du temps pour moi et pour la lecture, j’ai pris la décision de ne plus me prendre la tête face à mes lectures, plus de contraintes, simplement du plaisir. Ce roman est arrivé entre mes mains par le plus grand des hasards, lors du salon du livre Lire à Limoges. Je me baladais dans les allées avec ma maman en étudiant du coin de l’œil les romans à ma droite. Et sans vous dire pourquoi, celui-ci a attiré mon attention. Le suivant sur la liste est en réalité fait de deux tomes, je me suis offert l’intégrale, espérant découvrir un monde qui me dépayserait de tout ce quotidien parfois étouffant. 




Izia bifurqua dans la rue du collège. Elle consulta sa montre. Parfait. Izia collectionnait les mots sur son carnets de liaison et se faisait un devoir de ne jamais arriver à l'heure. Elle leva un sourcil étonné en apercevant Nathan qui déboulait sur son vélo à l'autre bout de la rue. Elle s'apprêtait à traverser en snobant le passage clouté lorsqu'une Mercedes aux vitres teintées surgit du carrefour. Trop vite. Beaucoup trop vite. Elle distingue sans peine le regard déterminé du conducteur qui enfonçait la pédale d'accélérateur. La voiture était déjà sur Nathan. Elle cria.  





Depuis l’arrêt non-officiel du blog, j’ai énormément lu de romans historiques, me penchant particulièrement sur le terrorisme (petit poke à Vincent Villeminot dont je dois quand même absolument vous parler). Je m’égard de ma ligne conductrice ! Revenons à nos moutons, ou plutôt à nos mutants. Parce que oui ! Avant toute chose, le roman de Manon nous embarque dans une aventure digne des X-men, digne d’un véritable Marvel ! Malgré tout ne vous attendez pas à rencontrer l’adorable professeur Xavier dans ce roman.  Nous découvrons en premier le jeune Nathan, 14 ans, petit génie de l’informatique, qui est absorbé par une de ses découvertes majeures sur le net, une découverte qu’il a fait en hackant (je ne sais pas réellement si ce mot existe, vos avis ?) le service de psychiatrie où son cousin est interné. On tombe très vite de haut, l’auteure nous abat ses cartes dès les premières pages en nous sortant le grand jeu, et là, je ne peux pas vous en dire bien plus ! Toujours en est-il que c’est remarquablement tourné ! Nous finissons donc par découvrir que notre petite troupe de personnages principaux ne sont pas des enfants singuliers. Chacun possède une petite particularité qui les met en danger. Morgane, Izia, Samuel et Timothée, tout en ayant leur acolyte perpétuel, Nathan. 
L’auteure nous met en haleine sans pour autant nous en dévoiler trop dès le début. Tout au long de la première partie de l’intégrale (qui est donc en réalité le premier tome) nous avons surprises sur surprises et l’épisode final met un point d’honneur à nous déstabiliser ! Le second tome est différent, trois ans après, les protagonistes ont 17 ans, ils se trouvent tous dispatché dans la France, l’une à Paris, l’autre à Bordeaux, certains dans des endroits dont nous ne connaissons pas le lieu. Il y a un grand mystère autour du financement des expériences faites sur les « enfants mutants », ils sont connus du grand public, une émission de « télé-réalité » diffuse leurs portraits mais très vite les protagonistes sont appelés à se rassembler. 
Il y a tout de même un point qui me chiffonne, la maman de Morgane est un élément presque central et incontournable du premier tome, on se pose énormément de questions autour d’elle. Et là, elle est inexistante au second tome, nous n’avons pas la suite logique (sauf si j’ai loupé un épisode, c’est le souci de lire la nuit, mais quand même !). Du coup c’est le seul petit point sombre à mes yeux. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Poésies.

Par un temps morose et avec une pile en retard monstrueuse de chroniques, j'ai décidé de vous partager un peu de tendresse et de beauté littéraire dans la poésie de grands auteurs.


L’ÉTERNITÉ.
"Elle est retrouvée. Quoi ? - l’Éternité. C'est la mer allée Avec le soleil.
Âmes sentinelle Murmurons l'aveu De la nuit si nulle Et du jour en feu.
Des humains suffrages, Des communs élans, Là tu te dégages, Et voles selon.
Puisque de vous seules, Braises de satin, Le Devoir s'exhale Sans qu'on dise : enfin.
Là pas d'espérance, Nul orietur. Science avec patience, Le supplice est sûr.
Elle est retrouvée. Quoi ? - l'éternité. C'est la mer allée Avec le soleil. "




Arthur Rimbaud.

Reprendre la main petit à petit.

Hello les bouchons.

Comme vous avez pu le constater, avec une grande déception, je ne me suis pas entièrement remise au blog (BOUUUUU). Oui je sais, je mérite une sentence.  Mais je vous dois de petites explications.  Cette année à été un grand moment dans ma vie d'adulte et d'étudiante. Non seulement parce que j'ai eu ma licence d'Histoire (non pas sans peine, je vous explique plus loin), mais aussi parce que j'ai eu deux jobs et un milliard de choses à faire. Alors comment vous expliquer à quel point c'est compliqué de tout gérer.
Commençons par le commencement. Cette année le CROUS a décidé que mes parents étaient trop riche pour que je puisse avoir accès aux bourses. Génial me direz vous, nous on s'en fiche. Ok, je développe. J'ai donc dû me trouver un job. Et j'ai postulé un peu partout ! J'ai finalement passé un entretien téléphonique pour Lidl, qui c'est poursuivit par un second entretien téléphonique pour finalement devoir passer des…

Spectacle Popa.

L'avantage du service civique dans un service de culture, c'est les petites pépites que l'on découvre. J'ai donc pu assister au merveilleux spectacle Popa de la compagnie Le pied en dedans. Deux artistes mettent en place un monde féerique autour de livre. Un spectacle pour les tous petits qui sait émerveiller les plus grands.

 C'est une feuille de papier qui s’installe devant vous. C’est petit à petit une histoire visuelle sur les éléments de la nature qui se réveillent. Un voyage intemporel qui nous emmène sur l’eau, dans un nuage, au travers d’une foret, accompagné d’une musique douce et d’un mouvement chorégraphique d’ombre. Création éphémère de papier, le spectacle PoPa donne lieu à une lecture silencieuse, remplie de sagesse et d’imaginaire. 
Des bébés aux petits de 6 ans, ils étaient tous aux anges face aux ombres du livre Pleine Lune de Antoine Guilloppé. Les deux actrices utilisent un rétro-projecteur pour nous faire voyager dans cette forêt où les …